Bienvenue sur le site internet de la commune de Pompiers Corsier



Raccourcis clavier

Les raccourcis suivants sont toujours placés au début de chaque page. Ils sont invisibles pour le grand public :
retour à la page d'accueil Alt+0 accès direct au menu de navigation Alt+1 accès direct au contenu de la page Alt+2 accès direct au module de recherche Alt+3 accès direct au plan du site / sitemap Alt+4
  • PDF
  • Druck Version
Dernier événement | Prochain événement

Fondation de la compagnie en 1897 suite

1 mars 1897 - 1 mars 1897

Article 7e
Une somme de trente cinq florins sera allouée sur le budget de la commune pour être répartie aux pompiers, lors des essais des pompes. Une somme semblable sera mise à la disposition de la compagnie pour l’entretien des pompes, soit graisses, huiles, etc.

Article 8e
Tout entrepôt d’effets (autres que ceux appartenant au service des pompes) soit à l’intérieur ou à l’extérieur du hangar, est expressément défendu. Une clef du hangar sera déposée chez le maire ou un autre membre de la commission.

Article 9e
Au premier cri de Feu, le maire, s’étant assuré de l’existence du feu, fera sonner les cloches de l’église ou battre la caisse (le tambour).
Les pompiers se rendront de suite à la pompe et de là au feu sous les ordres du maire ou un autre membre de la commission. Le piquet de service se rendra au lieu de l’incendie pour y maintenir l’ordre. Il fera retirer tout le personnel inutile au service à rendre et protégeant les secours, assurera une bonne police.

Article 10e
On sortira suivant les services les deux pompes et si l’incendie est dans un lieu d’origine ou une commune voisine, on mettra tout de suite la limonière et le ou les premiers chevaux à portée seront attelés à la pompe.

Article 11e
Les officiers des pompes qui se trouveront sur le lieu de l’incendie auront soin de faire placer la pompe de façon qu’elle soit facilement pourvue d’eau et qu’elle puisse fonctionner le plus avantageusement possible.
Ils veilleront à diriger les tuyaux le long des maisons en évitant autant que possible de leur faire traverser la rue ou le chemin.
Ils chercheront aussi pour les introduire dans les appartements à les faire passer par les fenêtres plutôt que par les escaliers et l’un des officiers organisera le prompt arrivage de l’eau. Il formera à cet effet une ou plusieurs chaînes depuis la place qui fournira l’eau, jusqu’à celle de l’incendie. Il choisira quelques surveillants pour assurer le service.

Article 12e
En cas d’incendie par un grand froid, on aura soin de ne pas laisser séjourner l’eau dans les tuyaux et de la tenir en agitation dans le corps de la pompe.
Si l’on craignait qu’elle ne gèle, lorsque le froid est rigoureux, le maire invitera les particuliers et propriétaires de chaudières à tenir de l’eau chaude pour le service des pompes.

Article 13e
Outre l’inspection annuelle mentionnée à l’article 5, l’un des membres de la commission, et à tour de rôle, fera toutes les six semaines une visite du hangar, pompes, et effets et fera son rapport à la commission de l’état des choses.

Article 14e
Dans le cas où il serait convenable de faire des réparations majeures aux pompes, le maire en fera la proposition au conseil municipal lors de la cession périodique, mais si le cas devenait très urgent, il aurait soin de provoquer la convocation extraordinaire du dit conseil et correspondrait à cet effet avec la commission des communes.

Fait à Corsier le 21 avril 1822

Cramer-Lasserre maire, Dederod adjoint, Dumont fils adjoint, Jean Dechevrens et + marque de Jean Villard (qui ne sait pas écrire).

vers l'aperçu